Le coton biologique

Lifelym Organic Cotton
Le coton est sans conteste l'un des tissus les plus utilisés dans le monde. Cependant, le coton traditionnel est confronté à certains problèmes environnementaux et éthiques qui compromettent sa durabilité. Le coton biologique, quant à lui, résout bon nombre de ces problèmes grâce à des pratiques plus durables et éthiques dans la chaîne d'approvisionnement. Dans cet article, nous allons examiner de plus près le coton biologique, comment il se compare à son cousin non biologique, pourquoi nous aimons l'utiliser dans nos produits et quelles sont les possibilités d'amélioration.

Quelle est la différence avec le coton biologique ?

Le coton étant l'un des tissus les plus populaires au monde, les producteurs et fabricants de coton ont dû trouver des moyens de s'adapter à la demande croissante au cours des dernières décennies. Pour que cela soit aussi rentable que possible, beaucoup ont commencé à utiliser des semences génétiquement modifiées pour ne pas attirer les insectes l'utilisation intensive de pesticides pour maximiser les récoltes et replanter dans la même parcelle de terre encore et encore, laissant le sol dépourvu de nutriments.
Les pesticides ne sont pas seulement nocifs pour la planète, mais aussi pour les personnes qui récoltent les cultures. L'utilisation de semences génétiquement modifiées est entourée de nombreux problèmes éthiques et environnementaux - entre autres, leur distribution est contrôlée par des entreprises de biotechnologie qui ont obtenu des brevets sur les semences, ce qui constitue une grave menace à la souveraineté des agriculteurs !

Les avantages du coton biologique

Heureusement, cette utilisation massive de pesticides, de semences OGM et de replantation intensive n'est pas passée inaperçue, donnant naissance à la culture du coton biologique, qui s'attaque à tous ces problèmes. Il est cultivé à partir de plantes non génétiquement modifiées et sans l'utilisation de produits chimiques agricoles de synthèse. Le sol utilisé pour les cultures fait l'objet d'une rotation qui, tout en entraînant l'utilisation d'une plus grande surface de terre, permet de réduire la consommation d'eau car l'humidité est mieux retenue. Le coton est une culture très gourmande en eau, aussi toute économie d'eau fait-elle une grande différence !
Lorsque le coton biologique est planté, les cultures sont alternées et mélangées pour permettre une plus grande biodiversité dans les champs - plus d'espèces cultivées attirent une plus grande variété d'espèces animales. Le fait d'éviter l'utilisation de pesticides permet également de réduire les émissions de gaz à effet de serre, car les engrais azotés utilisés dans la culture du coton conventionnel ont une empreinte carbone considérable.
Comparons rapidement le coton avec une autre famille de matériaux qui le remplace de plus en plus fréquemment : les tissus synthétiques tels que le polyester, l'acrylique ou le nylon. Ces tissus sont fabriqués à partir de fibres de plastique et contribuent donc de manière substantielle au au changement climatique et à la pollution plastique. Le coton biologique, en revanche, est une fibre naturelle qui se biodégrade à la fin de sa durée de vie, ce qui lui confère un avantage considérable en matière de durabilité.
On ne peut pas parler de culture durable du coton sans parler aussi de son éthique. Un nombre croissant d'organismes de certification du coton biologique incluent des réglementations sur l'utilisation du travail des enfants et du travail forcé dans l'industrie, améliorant ainsi les normes. Ce n'est cependant pas encore le cas de tous les organismes de certification du coton biologique, mais le changement est en marche.
Enfin, parlons également de la sensation du coton biologique lorsque vous le portez. Il est beaucoup plus doux que le coton standard et plus respirant. Et surtout, il ne contient pas de produits chimiques issus de l'utilisation de pesticides et de colorants chimiques, qui pourraient irriter la peau !

Les défis du coton durable qui subsistent

Le coton biologique fait beaucoup de choses bien et élimine de nombreux problèmes de l'industrie. Cependant, comment pourrions-nous progresser si nous ne procédons pas à une évaluation critique de notre situation actuelle ? Le coton reste une culture très gourmande en eau. Même s'il est cultivé de manière biologique et arrosé avec l'eau des pluies ou de la mousson, il lui faut encore environ 2 700 litres d'eau pour fabriquer un t-shirt en coton conventionnel. La réglementation du travail des enfants et du travail forcé pourrait également être améliorée - espérons que davantage d'organismes de certification se pencheront sur cette question à l'avenir !

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés